ALIMENTATION TERRITORIALE


Au croisement de nombreux enjeux - économie, environnement, santé, transition écologique, cohérence territoriale, agriculture – l’alimentation est une thématique incontournable dans le bon développement d’un territoire. C'est pourquoi le PETR du Pays Thur Doller s’est engagé en 2020 dans l’élaboration d’un Plan Alimentaire Territorial (PAT).

 

Instaurés par la loi du 13 octobre 2014 pour l'avenir de l'agriculture, l'alimentation et la forêt, les PAT reposent sur quelques idées fortes : relocaliser la production via les circuits courts, sensibiliser le public sur la qualité des produits, faciliter l'accès à l'alimentation saine, créer du lien entre les différents acteurs, des producteurs aux consommateurs ; de la fourche à la fourchette.

 

Les Projets Alimentaire Territoriaux ont vraiment enclenché un changement dans la manière d'appréhender l'alimentation dans les territoires.


La philosophie de base de ces projets est de partager, entre plusieurs partenaires que sont les collectivités territoriales, les services de l'État, les agriculteurs, producteurs, la société civile, les acteurs de l'économie sociale et solidaire ou encore les entreprises et coopératives, un diagnostic commun, une vision commune du territoire et de se mettre d'accord sur une série d'actions, en rassemblant les moyens financiers existants chez chacun.

 

Le PAT permet la valorisation des ressources locales au travers de la production agricole, de recentraliser et redynamiser localement certaines productions. La ligne directrice des PAT est composée de trois axes principaux que sont l’ancrage territorial, la lutte contre le gaspillage alimentaire et la justice sociale.

 

Chaque PAT doit prendre en compte les particularités du territoire et ainsi s’adapter aux contraintes, avantages et potentiel présents, tout en respectant les grands axes évoqués précédemment. C’est dans cet esprit que le PETR aborde la réflexion pour la mise en place d’un PAT sur le territoire du Pays Thur Doller.


Comment ça marche ?

Il s’agira, à l’échelle du territoire du Pays Thur Doller :

  • d'élaborer un état des lieux et diagnostic sur la production agricole et alimentaire locale ainsi que du besoin alimentaire du bassin de vie des habitants ;
  • de construire une stratégie globale en vue de tendre vers « un territoire résilient qui produit et donne accès à tous à une alimentation saine et locale »
  • et d’assurer la mise en œuvre et le suivi du programme d’actions 

 

Ambitions identifiées :

  • ambition économique et touristique : amplifier la dynamique de circuits courts, pour l’approvisionnement et la consommation locale, et valoriser le patrimoine alimentaire local ;
  • ambition environnementale : préserver et valoriser les ressources naturelles locales, le foncier agricole, valoriser les systèmes agricoles respectueux de l’environnement et l’agriculture de montagne ;
  • ambition sociale et sociétale : développer l’information du consommateur, lutter contre le gaspillage alimentaire et la précarité alimentaire, faire de l’alimentation un vecteur de lien social ;
  • ambition sanitaire : favoriser l’accès de tous à une alimentation saine et équilibrée, dans le cadre d’un Contrat Local de Santé.

 


Gaspillage alimentaire

L’un des piliers d’un PAT est la réduction du gaspillage alimentaire, or il n’existe pas de bilan complet sur cette thématique pour le territoire Thur Doller. Le Pays Thur Doller a choisi de missionner un groupe d'étudiants de l'Institut Éco-Conseil de Strasbourg pour réaliser une étude sous forme de chantier d'application. 

 

Le Pays Thur Doller a souhaité associer techniquement et financièrement les structures en charge de la collecte et du devenir des déchets ménagers sur son territoire, ces structures étant directement concernées par le gaspillage alimentaire et sa gestion.

Il s’agit :

  • Du  Syndicat Mixte de Thann Cernay (SMTC) ;
  • Du Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères de la zone sous-vosgienne (SMICTOM de la zone sous vosgienne) ;
  • De la Communauté de Commune de la Vallée de Saint-Amarin (CCVSA).

C'est ainsi que Charles-Adrien BENETEAU, Christian MOREL, Mathieu KLEIN et Fanny VARAGO, étudiants en Mastère Spécialisé Éco-Conseiller, ont créé le groupe de travail C'est pas perdu. 

 

Ensemble, ils ont travaillé sur deux principales missions : le diagnostic du gaspillage alimentaire sur le territoire pour la restauration collective et la caractérisation d’ordures ménagères résiduelles (de la Communauté de Communes de la Vallée de Saint-Amarin).

 

Du 11 janvier au 22 mars 2021, C'est pas perdu est allé à la rencontre de plusieurs établissements :

  • Lycée Scheurer Kestner
  • Collège René Cassin
  • Lycée Pointet
  • Collège Faesh
  • Résidence la Marpa de la Petite Doller
  • Le centre de rééducation le Schimmel

Pour chaque établissements des préconisations ont été établies. Pour la Communauté de Communes de la Vallée de Saint-Amarin, une caractérisation des ordures ménagères a été réalisée.

 

Ces 23 jours de chantier ont permis de dresser une estimation du gaspillage alimentaire au niveau du Pays Thur Doller dans la restauration collective. Ce qui offre au Pays Thur Doller les arguments indispensables pour déclencher des actions plus conséquentes pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Même si les résultats montrent que le Pays est aujourd'hui bien positionné par rapport aux chiffres nationaux (données de l'ADEME reconnues), et qu'une dynamique existe dans la restauration collective.

 

Concernant la Communauté de Communes de la vallée de Saint-Amarin, les volumes de biodéchets dans les ordures ménagères sont significatifs, leur mesure a pu mettre les bases d'une prise de décision concernant ce type de déchets.

 

Le travail de C'est pas perdu a fait l'objet d'une restitution à l'attention des membres du comité syndical ainsi que les maires du territoire.

Restitution  participative de l'étude faite par les étudiants de l'Institut Éco-conseil de Strasbourg.

 

25 mars 2021, Pôle EnR-CERNAY

Le groupe C'est pas perdu  auteur de l'étude que le gaspillage alimentaire.

(de gauche à droite Charles-Adrien BENETEAU, Fanny VARAGO, Christian MOREL et Mathieu KLEIN)


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le diagnostic de l'étude dans sa version publique, ainsi que le support de présentation de la restitution  :



Contact

Morgane DIDIER-LAURENT

Responsable développement rural

5 rue Gutenberg - 68800 VIEUX-THANN

03 89 35 70 68

07 50 01 22 00

leader@pays-thur-doller.fr